Etre remplis du Saint-Esprit : message de Jean-François Waltrowski

Etre remplis du Saint-Esprit

 

Le Saint-Esprit, cadeau de Dieu

 

Dans Jean 7 : 37 se trouve un passage qui m’a interpellé :

«  Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus debout s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. »

 

Cette invitation s’adresse à n’importe qui, même à celui qui ne connaît pas le Seigneur. Tout homme qui a soif de vérité, qui désire connaître les choses de Dieu, peut venir à Jésus.

 

Au verset 38, Jésus ajoute : « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. »

C’est une promesse extraordinaire ! Si l’on s’approche de Jésus, et que l’on croit en Lui, alors notre vie commencera vraiment à bouger. Il se passera des choses nouvelles, spectaculaires, qui ne viendront pas de nous mais de l’Esprit de Dieu.

 

Nous tous avons reçu cet Esprit un jour, ce feu qui nous anime, parce que nous avons cru. Ces fleuves d’eau vive qui coulent de notre sein sont le témoignage que nous sommes remplis du Saint-Esprit, remplis de la vie de Dieu ! C’est une vie débordante, qui se caractérise par des choses visibles, réelles. Nous pouvons être conscients de ces choses lorsque nous constatons des changements concrets dans notre vie, et qui ne viennent pas de nous. Nous n’avons pas la capacité de changer nous-mêmes notre vie, nous ne pouvons qu’accepter que Dieu la change. Et pour cela il nous a offert un cadeau extraordinaire : le Saint Esprit ! Dieu veut que nous changions car afin que notre vie soit en accord avec Lui, et avec son Royaume. Si nous sommes toujours connectés à son Esprit, nous pourrons avancer dans les directions que Lui nous donnera !

 

Tous remplis du Saint-Esprit

 

Le jour de la Pentecôte, les 120 hommes présents furent TOUS remplis du Saint-Esprit ! C’est le Saint-Esprit en Pierre qui l’a fait prêcher, qui l’a poussé à parler des choses de Dieu. Le résultat fut 3000 conversions ! Ce n’étaient pas des conversions factices, elles étaient réelles parce que Pierre lorsqu’il a amené son message était rempli du Saint-Esprit. 

Si les apôtres étaient accompagnés de signes, de miracles et de prodiges, c’est parce qu’ils étaient remplis du Saint-Esprit !

 

La volonté de Dieu pour nous est que nous soyons remplis du Saint-Esprit. Ephésiens 5 v 18-19 dit : « Soyez remplis de l’Esprit : entretenez-vous par des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels… »

 

L’Esprit de Dieu nous rend forts. Nous ne pouvons plus penser que nous sommes de petits chrétiens perdus ou misérables, mais nous sommes vraiment des fils de Dieu ! Il ne s’agit pas d’orgueil mais de la fierté de connaître le Seigneur et d’être réellement son enfant.

Je suis fier de connaître Dieu, je suis fier de Lui. Lorsque je vais quelque part je Le mets tout de suite en avant. Etes-vous fiers de Dieu ? Croyez-vous que vous avez reçu de ce Dieu que vous adorez Sa capacité, Sa force, Sa puissance et Son amour ? Vous avez reçu aussi Sa sagesse pour faire des choses extraordinaires avec Lui !

  

La vision du voilier

 

Le Seigneur m’a rappelé une vision que j’ai eue récemment et qui me montrait un bateau. Il s’agit d’un immense voilier équipé de 5 mâts. Qu’est-ce qui fait qu’un voilier avance ? Le vent, et les voiles. Les deux sont nécessaires. Les voiles de ce bateau étaient de toutes sortes, des carrées, des triangulaires, etc… et le Seigneur m’a montré que ces voiles, c’était nous. Lorsque le vent a soufflé, j’ai vu les voiles gonfler. Le bateau ne peut avancer que parce que les voiles sont gonflées ! Le vent du Saint-Esprit fait gonfler ta voile.

Le Seigneur m’a montré que ces choses que j’ai vues ne sont pas actuelles… Ce sont des choses à venir, une promesse de Dieu qu’Il veut accomplir. Il va y avoir du vent dans nos voiles !

Mais frères et sœurs, pouvons-nous dire que le bateau avance en ce moment ?

Lorsque je préparais ce message, j’ai dit au Seigneur que je voulais vraiment apporter quelque chose qui vienne de Lui. Il me donna alors une autre vision. J’ai vu ce même bateau à l’arrêt. Disons qu’il était au port. Mais il était tout de même sur l’eau, ce qui n’est déjà pas si mal…

A une époque j’avais vu un bateau en miettes, échoué sur le sable. Heureusement, nous ne sommes plus en ce temps-là. Le bateau a été reconstruit, et aujourd’hui il est amarré au port.

Lors de cette seconde vision, j’ai eu un choc : les voiles étaient pleines de trous ! J’ai réfléchi à cela et j’ai vu encore d’autres voiles, qui étaient déchirée. J’ai même vu des voiles rapiécées.

J’ai alors pris ma Bible et prié pour que Dieu m’explique cette vision. Ce qu’il m’a révélé ne va peut-être pas vous faire très plaisir. Le bateau ne peut pas avancer, car ses voiles sont trouées, et si le vent tente de les gonfler, il passera à travers les trous ! Mais il y a pire encore : si le vent souffle fort, il va tout déchirer, tout arracher !

Si nous voulons progresser, il nous faut accepter que Dieu mette le doigt sur des choses pour que nous reconnaissions qu’elles doivent changer. Et notre Dieu de grâce va nous aider à changer. Il veut faire des choses extraordinaires avec nous. Dieu veut que nous soyons des voiles gonflées par le vent, remplies du Saint-Esprit !

 

Galates 5 v 19-21 : « Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. »

 

·         Les voiles trouées ou déchirées : les oeuvres de la chair

 

Les voiles trouées ou déchirées, ce sont les choses de la chair. Si nous marchons encore avec la chair, si nous avons des motivations charnelles, notre voile ne sera pas utile sur le bateau que Dieu nous a donné. Aucun de nous ne peut se vanter de marcher toujours par le Saint-Esprit, nous sommes donc tous concernés. Heureusement Dieu veut nous aider. Le Saint-Esprit nous a été donné pour que nous avancions, pour que le Royaume de Dieu avance !

Dieu ne veut pas que nous soyons déchirés, en lambeaux. C’est à nous de nous placer devant Dieu et de reconnaître les situations dans lesquelles nous marchons encore selon la chair. Demandons-lui de nous aider à faire les choses différemment, par son Esprit.

 

 

  • Les voiles rapiécées : l’incrédulité et l’égoïsme

 

Le Seigneur m’a montré que les voiles rapiécées désignent ceux et celles qui font les choses pour eux-mêmes. Certains chrétiens agissent encore pour eux-mêmes, par eux-mêmes, ils ne font pas totalement confiance à Dieu.

Ce sont ceux qui sont encore incrédules, qui ont de la tiédeur, et qui sont égoïstes. Je vous rappelle que la Bible dit que ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par l’Esprit de Dieu que les choses se font  (Zacharie 4 v 6). Dieu nous a donné les armes, et cela suffit pour nous permette d’avancer comme Il le veut.

 

  • Les voiles en lambeaux : la négligence et le laxisme

J’ai vu encore une autre catégorie de voiles, qui m’a profondément choqué : des voiles totalement en lambeaux. On ne pouvait plus rien en faire, il fallait les changer. J’ai reçu dans l’Esprit la révélation que ce sont ceux qui sont spectateurs. Ils sont présents de temps en temps, mais ne cherchent pas à entrer dans l’action de Dieu. Ils ne font rien, et laissent agir les autres. La négligence et le laxisme les conduisent à penser qu’ils ne sont pas concernés. 

En réalité, ces voiles ne sont pas vraiment attachées au mât. Ce mât est fixé au bateau, il en est une partie essentielle.

 

Comment faire avancer le bateau ?

 

Faire avancer le bateau ne dépend que de nous ! Nous pouvons demander au Saint-Esprit de nous remplir. Nous n’avons rien de spécial à faire pour cela, il nous suffit d’obéir et de croire à la Parole de Dieu !

Nous devons marcher dans les voies de l’Esprit, c’est pourquoi Dieu nous remet parfois les pendules à l’heure !

 

Dieu ne désire pas nous évincer mais nous reconstruire et nous transformer. 

La volonté de Dieu est de nous donner cette capacité de faire partie du bateau intégralement, d’être UTILE à ce bateau. 

 

Soyons rassurés, nous ne sommes pas capables de le faire par nous-mêmes, mais par l’Esprit de Dieu tout est possible !

C’est l’Esprit de Dieu en nous qui nous dit « Tout est possible à celui qui croit. » (Marc 9 v 23)

Jésus est à la droite du Père. Celui qui remplace Jésus sur terre, c’est le Saint-Esprit. C’est Lui qui nous rappelle les paroles de Jésus, qui nous montre ce qu’il a fait.

 

La vie de l’Esprit

 

Qu’est-ce que la vie de l’Esprit ? Lisons-le en Ephésiens 4 v 29-32 : « Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification et communique une grâce à ceux qui l'entendent. N'attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. »

 

Transformés sans cesse

 

Dieu nous demande-t-il de réaliser des choses impossibles ? Non, il nous a donné le Saint-Esprit pour que nous puissions obéir à Dieu et entrer pleinement dans sa Parole. Le Saint-Esprit est un Esprit d’amour qui vous aime et qui m’aime. C’est parce qu’Il est amour qu’Il nous reprend ce matin.

 

Je ne suis pas exempt de cette remise en question. Aucun prédicateur ne prêche parfaitement ce qu’il devrait vivre. C’est un cycle de transformation continuelle, régulière, qui dure toute la vie ! Nous avons sans cesse besoin de nous mettre dans une position d’humilité et de demander au Seigneur de nous montrer ce qui ne va pas dans notre vie, ce qu’il veut que nous changions.

 

Il y a des choses que je fais encore selon la chair, mais je sais que le Saint-Esprit va m’aider, et alors ça va bouger dans ma vie ! Pas seulement pour moi, mais pour chacun de vous, et le bateau va avancer.

 

Nous pouvons refermer les trous

 

Il nous faut éradiquer du milieu de nous la méchanceté et la calomnie. Cherchons toujours à nous pardonner, à nous réconcilier. Soyons bons et remplis de compassion. Dieu est bon, il est un Père. Nous qui avons reçus son Esprit, nous ne serions pas bons ?! Lorsque un frère fait une bêtise ne l’accusons pas, mais prions pour que Dieu le relève et le redresse. Demandons à Dieu de nous aider à pardonner.

Savez-vous ce qui se passera si nous agissons de la sorte ? Les petits trous de la voile vont se refermer : c’est cela le miracle du Saint-Esprit ! Au fur et à mesure que nous marcherons par l’Esprit nous deviendrons une vraie voile, utilisable.

  

Un Dieu qui encourage au lieu de condamner

 

Nous sommes tous charnels par moments. Je vais vous raconter une anecdote à ce sujet :

Il y a quelques années il m’est arrivé un soir de me disputer avec mon épouse. Je suis venu ensuite à l’église et, heureusement, je n’étais pas de service. Le frère qui dirigeait la soirée a fait un appel pour la prière. Je n’avais pas la paix, je me sentais mal et j’ai préféré ne pas m’avancer pour prier. Mais le frère a si bien insisté que j’y suis tout de même allé. J’ai décidé de faire confiance au Seigneur et de ne pas priver un frère de ma prière, malgré l’état de mon cœur. Un frère s’approcha alors de moi et me demanda « Prie pour moi, je me suis disputé avec ma femme …» J’ai failli tomber à la renverse !

A travers cette expérience, j’ai vu à quel point le Seigneur est extraordinaire ! J’ai alors prié, et j’étais vraiment rempli du Saint-Esprit. En priant pour lui, je priais aussi pour moi ! En lui conseillant de retourner vers sa femme pour lui demander pardon, je me voyais déjà le faire moi-même !

Lorsque je suis rentré à la maison les choses se sont très bien passées et cela a été réglé.

 

Voyez comment Dieu agit. Il n’est pas là pour nous condamner, ou nous écraser. S’Il met le doigt sur les choses c’est toujours dans le but de nous encourager.

Nous avons tous cette chance extraordinaire de pouvoir revenir entièrement dans les voies de Dieu !

 

Revenir sur les rails pour goûter aux fruits de l’esprit

 

Quels sont les fruits de l’Esprit ? L’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la douceur. Toutes ces choses sont englobées dans LE fruit de l’Esprit.

Jésus a payé le prix pour que nous soyons en paix avec Dieu : « Le châtiment qui donne la paix est tombé sur lui » (Esaïe 53 v 5). Et nous, nous ne serions pas en paix avec nos frères ?! La Bible nous enseigne à rechercher la paix de l’Esprit.

 

Si nous aspirons à produire les fruits de l’Esprit, alors notre voile sera bien remplie. Chaque fois que nous dévions du chemin, revenons au Seigneur.  Il nous remettra toujours sur les rails, et nous donnera la capacité de continuer.

 

Dans Galates 5 v 24, nous lisons que  « ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. » Voilà la clé ! Nous sommes tous concernés.

Cette voile que nous fixons au mât est comme crucifiée sur le bois. Et si elle est bien attachée, elle peut alors s’ouvrir et être utilisée par Dieu.

Si un bateau a de nombreuses voiles et que l’une d’elle seulement est abîmée, il ne pourra pas avancer de façon optimale.

 

La voix du Saint-Esprit, un repère pour notre conscience

 

J’entends souvent des frères et sœurs se plaindre de pas entendre la voix de Dieu. Ils déplorent que Dieu ne leur parle pas, alors que notre église est appelée à être une église prophétique ! Nous devrions tous avoir des paroles prophétiques. Je crois que si ce n’est pas le cas, c’est parce que nous marchons encore trop souvent par la chair.

 

Avons-nous pleinement soif de l’Esprit ? Ressentons-nous réellement la crainte de Dieu, comme nous avons pu la ressentir au début ? J’ai eu la grâce au début de ma conversion d’avoir fortement cette crainte de Dieu. Dès que je faisais un faux pas, j’avais la pensée de Dieu et je me corrigeais tout de suite.

Beaucoup de chrétiens malheureusement, au bout de quelques temps, n’entendent plus la voix du Saint-Esprit qui leur dit : « Là tu n’as pas bien agi, reprends-toi. Va demander pardon. »

Ces chrétiens écoutent davantage leur chair qui crie : « J’ai raison !! »

 

Accepter de se laisser crucifier : la clé de la victoire

 

Jésus, le Fils de Dieu, avait raison, lui. Sur toute la ligne ! Et pourtant il s’est laissé crucifier. Même si j’ai raison, je dois me laisser crucifier pour que l’autre puisse s’en sortir. Moi je m’en sortirai, quoi qu’il arrive. Si je passe par la croix, je m’en sortirai toujours ! Je serai toujours victorieux ! A vue humaine c’est une folie, mais avec la vue de l’Esprit cela devient une réalité.

Si nous agissions tous ainsi je peux vous garantir que ça déménagerait ! Et quelle puissance auraient nos prières !

 

Lorsque Pierre allait prier, il était rempli du Saint-Esprit avant même d’aller au temple. Nous devons vraiment chercher à être remplis du Saint-Esprit, en tous temps. Ce n’est pas impossible ! Pierre vivait cela, et c’était un homme comme vous et moi. Avant il était « grande-gueule » - un peu comme moi. Mais Dieu l’a changé et l’a vraiment utilisé. Pourquoi ? Parce qu’il est entré dans cette dimension de l’Esprit.

Les apôtres étaient des hommes ordinaires, mais ils ont vécu des choses extraordinaires car ils ont accepté de marcher par l’Esprit, même quand cela passait par la souffrance.

Tant que nous n’entrerons pas dans cette dimension, nous ne vivrons que de petites choses. Notre bateau, et notre vie, n’avanceront pas comme Dieu le voudrait.

 

La prière inspirée par l’Esprit

 

Il faut écouter l’Esprit de Dieu, et pour cela, se laisser remplir par lui, le louer, l’adorer, apprendre à pardonner, ne pas agir par méchanceté, etc. Cela est l’objectif que nous devons nous fixer maintenant.

 

Si nous prions dans cet état d’esprit, la prière va déménager ! Lorsque nous prions, non pas par habitude mais en ayant conscience que c’est vraiment important, alors le Seigneur va nous visiter. Le Saint-Esprit nous donnera les mots qu’il faut pour que notre prière vienne vers Dieu et qu’Il l’agréée.

 

Notre prière sera réellement inspirée par Dieu si nous sommes en communion avec Lui, si nous agissons selon sa parole. La prière parfois est presque une prédication : Dieu peut nous inspirer des paroles qui encouragent vraiment les autres.

  

L’ombre de la puissance de Dieu

 

Dieu veut que nous soyons des voiles qui amènent l’ombre de Sa puissance. Lorsque Pierre marchait, là où il passait son ombre guérissait les malades ! Pouvez-vous imaginer cela ? Je suis certain que si Pierre a vécu cela, nous pouvons aussi le vivre. C’est la puissance de l’ombre de Dieu ! L’ange qui est apparu à Marie lui a annoncé que la puissance de l’ombre du Seigneur la couvrirait.

 

La Bible ne dit-elle pas que « Celui qui demeure à l’abri du Très-Haut repose à l’ombre du Tout-Puissant » (Psaume 91 v 1). Si nous habitons en Lui, dans sa maison, dans sa parole, l’ombre de sa puissance est avec nous, et nous sommes dans le repos. Là où nous irons la puissance de Dieu sera manifestée.

 

La soif de Dieu : un moteur pour notre foi

 

Pour cela nous devons avoir soif de Dieu, désirer que notre vie soit entièrement dépendante de Lui, le placer toujours en premier. Pourtant, combien de fois est-il derrière ?

Il y a tout de même une condition. Je reprendrai ici le passage cité au début : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. » Lorsque nous sommes venus à Jésus nous avions soif. Puis les années ont passé et la routine a pris le dessus. La soif diminue. Nous nous attiédissons, perdant un peu de notre zèle et de notre foi.

Cette soif dont Jésus parle doit être là continuellement ! Nous devons toujours être disposés à boire l’eau de l’Esprit de Dieu, de sa parole, de sa vie.

 

Nous avons tendance à perdre cette soif lorsque les problèmes surviennent. C’est un piège, car c’est dans ces moments là que nous devons plus que jamais aller boire, afin qu’un miracle se produise dans notre vie. 

Si je devais m’arrêter à mes problèmes je ne serais pas là en train de prêcher devant vous.

 

Nous pouvons compter sur Dieu car Il est réellement avec nous. Il nous a donné son Esprit pour que nous rentrions dans ce qu’Il a préparé pour nous.

 

La puissance de l’Esprit sur notre église : une vague puissante

 

Je me suis souvenu d’une autre vision que j’avais eue un dimanche. Dieu donne des visions pour nous montrer ce qu’Il veut faire et nous encourager. J’avais vu une vague qui venait déferler sur nous. C’était la vague de la puissance de l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu est déversé ici, il coule, il est puissant ! Lorsqu’elle s’écrasera cette vague fera un tel vacarme que les gens verront les choses extraordinaires qui se passent ici. Le vent qui a soufflé le jour de la Pentecôte était un vent violent et impétueux. Ce bruit terrible a fait accourir tous les gens.

Lorsqu’une vague tombe elle roule, elle continue de se répandre, d’aller et venir. Cette vague de l’Esprit viendra tel un Tsunami, et nous ne serons pas engloutis mais nous serons dessus. En coulant, la vague nous amènera dans le monde et la puissance de l’Esprit qui nous accompagnera pourra alors se manifester. Nous serons en communion avec Dieu car nous serons entrés dans la dimension qu’Il a prévue.

 

Une vie qui avance !

 

Je crois en ces choses et je veux les voir venir. Trop souvent nous nous contentons d’attendre que les choses arrivent. Mais elles n’arriveront que si nous nous impliquons vraiment, et si nous décidons que notre vie corresponde à la volonté de Dieu !

Si nous acceptons d’être changés par Dieu, les fleuves d’eau vive qui viennent de l’Esprit vont couler et gonfler nos vies. Nous serons des voiles qui permettront au bateau d’avancer, et à notre vie d’avancer.

Tout est lié, nous sommes attachés au bateau. Ce bateau est destiné à avancer dans des choses nouvelles et extraordinaires.

Dieu a besoin de nous. Il veut faire des choses nouvelles mais toujours à travers nous, avec nous, pour nous.

Dieu veut faire avancer nos vies mais aussi les églises locales. Je crois que cette vision pourrait correspondre à l’Eglise, au corps de Christ, en tant qu’institution universelle.

 

Tout dépend de notre consécration

 

La consécration est la clé pour que notre vie avance, et pour que l’église avance. Chercher à être sanctifié pour Dieu, chercher à lui obéir, c’est cela la consécration.

 

Si nous sommes entièrement consacrés et que nous entrons dans cette dimension voulue par Dieu, Il va pouvoir nous utiliser, pour sa gloire !

Alors, la gloire de Dieu passera à travers le canal humain que nous sommes.

Alléluia !

 

J.F. Waltrowski - message délivré à l'église de Mulhouse (France)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :